adl7
livres adl
adl1
adl5
un certain regard
DSC_0518
adl4
adl2
adl3
beauté_humaine
anthologie

Hommage à Ricardo Paseyro

Un certain regard sur le monde

Anthologie des poètes d'aujourd'hui

Recueil de reportages de Marie de Douet, grand reporter indépendante.

Ses récits nous emmènent dans les zones reculées du Pakistan, au sommet des montagnes afghanes, sur les bancs de l'école saoudienne, au coeur des manifestations espagnoles, et partout où sa passion du journalisme a bien voulu la transporter...

L’anthologie des poètes d’aujourd’hui regroupe 17 auteurs, de tous les âges et du monde entier : Charlotte Peuchot, Charles Guillet, Pierre du Saule, Patrick Nicolaï, Margaux Delprat, Mark Tapley, Arthur Mary, Marion Derouvroy, Benoît Carré, Tristan Duquesne, Alice Cathelineau, Émilie Cartier, Christophe Stabile, Marie Sapin, Quentin Laduguie, Patricia Ferlin, et Léa Viale.

Elle est illustrée par Jacques Supervielle, fils du célèbre poète Jules Supervielle.

Recueil de poèmes de Léa Viale, illustré par Andréa Delibes.

D’abord et avant tout poète, Ricardo Paseyro publie dès 1950 son premier recueil à Buenos Aires. Il est aussitôt salué par José Bergamin, Pedro Salinas ou Ricardo Baeza.

Dès ses jeunes années Paseyro fréquente Susana Soca et devient co-directeur de Entregas de La Licorne publié à Montevideo. Cioran, Michaux, Valentine Hugo étaient tous amis du même cercle littéraire. Une fois marié en 1951 à Anne Marie Supervielle, fille benjamine du poète Jules Supervielle, il s’installe à Paris. Ses activités littéraires dans les années cinquante sont très liées à l’Espagne, où il voyage souvent, tout en collaborant à des revues comme Indice. Il vit aussi de traductions de pièces de théâtre du français à l’espagnol.

Il commence aussi à être traduit en français, notamment par son ami Armand Robin, dans la NRF, La Parisienne, etc.

En 1958, il publie un pamphlet “La palabra muerta de Pablo Neruda“, qui alimentera des polémiques durant une quinzaine d’années. Paseyro contribuera à ce que Neruda n’obtienne pas le Prix Nobel au début des années 60 en publiant les poèmes de celui-ci en hommage à Staline et à Mao. 

En 1960, Paseyro devient consul de l’Uruguay au Havre et à Rouen. Il sera destitué par les militaires après le coup d’état de juin 1973. Il obtient à ce moment-là la nationalité française. Il écrit alors pour L’Aurore et Le Figaro. Très engagé dans le combat anti-communiste, il écrit de nombreux articles à ce sujet en France et en Italie. De 1978 à 1981, il dirige la revue littéraire et politique Contrepoint, fondée par des proches de Raymond Aron. 

Depuis, tout en écrivant plusieurs ouvrages en français (trois essais, une biographie et une autobiographie), il se consacra avant tout à la poésie, sur laquelle un important dossier lui a été consacré dans la revue Nunc en avril 2004.

Cet ouvrage, premier d'une collection ayant pour thème la beauté, réunit des artistes et des écrivains autour d'une question : qu'est ce que la beauté humaine ?

Depuis l'Antiquité, la beauté est un thème majeur dans nos sociétés, et son caractère subjectif ne rend pas aisé d'y appliquer une définition. C'est pourquoi l'Art des Lettres s'est intéressée à la vision de jeunes artistes et écrivains. Cet hommage rendu à la beauté humaine, n'en est que plus accentué par le talent de ces derniers.

Ont participé à cet ouvrage : Charlotte Peuchot, Augustin Legrand, Louis Tsekas, Esther Ducard, Emilie Cartier, Morgane Bocandé, Alicia Elkaim, Anne Blanchet, Laurie Belloni, Sarah Dupont, Anaïs Silvestro, Julien Fritsch, Agnès Lambert, Sandrine Richard, Pierre Vavasseur, Thomas Morineau, Juliette Decolland, Arnaud Joly, Marion Derouvroy, Quentin Pontaillier, Rojda Mohamed-Guedouar et Claire Argence. 

Philippe Nicolas, auteur de deux romans publiés chez Stock dont Le printemps d'Alex Zadkine, s'intéresse depuis quelques années aux syntagmes courts, mots d'esprits, aphorismes, monastiques, slogans, proverbes, aphotegmes. Dans un ensemble de cinq recueils il aborde avec originalité des sujets importants tels que l'amour et la mort, le temps et les spasmes, l'émigration et la mal-pensée, la folie et la sagesse, l'oubli et le souvenir, Dieu et les nuages...

"Un amour éternel c'est toujours un peu court."

"Pour l'amoureux des femmes tout le ciel est vide, les anges sont ici bas."

"L'amour n'a jamais été gratuit, c'est ce qui fait toute sa valeur."

"Même Dieu n'a pas aboli la peine de mort."

La beauté humaine

A six ans, j'avais déjà tout dit

Site internet créé par Léa Viale - 2017

L'Art de Lettres

84, rue Lamarck

75018 Paris

lea.viale@editionslartdelettres.com